Hippopotame

with Pas de commentaire

Genèse

C’était il y a très longtemps, en 1991, dans le cadre d’un travail pendant ma licence d’arts plastiques. J’ai fait un collage-photomontage : sur une grande photo de base représentant une scène d’intérieur : à gauche une chaise  contre un mur au centre une sorte de sellette portant un oiseau sous-verre et à droite un portrait de femme . J’ai simplement ajouté un oeuf sur cette chaise et un hippopotame  gueule grande ouverte en direction de cet oeuf.

Une amie étudiant l’art égyptien, y reconnut immédiatement la mise en scène de la mythologie : la déesse Thoueris chassant de la maison les mauvais esprits pour favoriser les naissances.

Hippo-thèse

Je suis partie sur des pistes différentes, et finalement j’ai décidé de synthétiser la forme de l’hippopotame, de le rendre autonome plastiquement tout en conservant sa symbolique.

Synthèse

J’ai mis le motif de l’hippopotame dans différentes situations et le plus souvent en le faisant dialoguer sur le thème de la domesticité.

Déesse domestique

Si au temps de l’Egypte ancienne l’hippopotame femelle était « bénéfique », bienveillant et positif, l’hippopotame mâle, qui pillait les récoltes, était destructeur et négatif.

Jouer sur cette ambiguïté m’intéresse, pour certains, l’hippopotame « parle » à l’oeuf pour d’autres il va le « dévorer ».

Sculpture en scène

…de sa forme certain spectateurs repèrent  la rondeur douce et maternelle, d’autres se focaliseront sur la gueule ouverte  anguleuse et menaçante. La « créature » prend son sens en fonction du ressenti du spectateur, c’est ce qui me plaît…

J’ai promené (difficilement) mon hippopotame (quasi grandeur nature)  en polyuréthane  et je l’ai pris en photo dans différentes situations…

hippoBDhttps://www.youtube.com/watch?v=3I8xNkThizI